Jardins communautaires (irrigués)

 

Les jardins communautaires irrigués au goutte-à-goutte ont vu le jour début juin 2012. Lors de la première campagne, nous avons démarré avec environ 30 000 plants de gombo et de concombre sous serre qui ont été repiqués en plein champ. Chaque stagiaire est responsable de 750 m² de récolte. Ils sont dans les champs quotidiennement, s’assurant que les parasites et les mauvaises herbes sont endiguées. En compensation de leur labeur, nous partageons avec eux les bénéfices basés sur le rendement de la production de chaque étudiant. Plus tard, lorsque nous nous agrandirons, nous affecterons une zone qui comprendra un projet de culture-maraîchère où les fermiers locaux travailleront sur des parcelles individuelles.

Nous avons découvert un lopin fertile de 5 ha qui a été équipé tout récemment avec un système d’irrigation TIPA. Cela permettra de produire toute l’année, ajoutant une source de revenus importante pour les fermiers car les produits « hors saisons » pourront être vendu à un prix plus élevé avec des marges de profits accrus. Chaque fermier sera approvisionné en graines, outils, fertilisants, produits phytosanitaires et eau. La production sera vendu au prix du marché avec des bénéfices divisés entre le Projet et les fermiers. Ce genre d’organisation du travail a prouvé son efficacité d’en d’autres projet au Sénégal. Elle aide à maintenir les fermiers dans les villages durant la saison sèche et peut être très bénéfique pour eux s’ils travaillent avec zèle sur leur parcelle.

De plus, nous explorons et recherchons les avantages et les procédés pour devenir certifié bio ici, au Sénégal. Nous sommes bien conscients de l’importance des retombées que l’agriculture bio peut avoir tant pour l’environnement que pour la santé des personnes ainsi que l’exemple positif que nous pouvons manifester aux communautés ; ce sont les points financiers et de pérennité qui auront besoin d’un examen poussé.

 

 

 

 

 

Dans une autre partie de Berr Shéba, nous prévoyons de développer un projet de verger qui utilisera également l’irrigation au goutte-à-goutte, alimenté avec l’eau du bassin de rétention. Le bassin de rétention/réservoir a une capacité de 5 000 m3 et se remplit naturellement lors de la saison des pluies en seulement 2 ou 3 averses. Les mangues, agrumes, papayes et pamplemousses poussent bien au Sénégal et cela ajoutera une autre composante utile dans l’ensemble du Projet. Nous somme en train d’étudier comment augmenter la valeur économique des récoltes fruitières en utilisant des méthodes de valeur ajoutée. Une fois développées, ces produits seront vendus non seulement à notre point de vente de Sandiara, mais également commercialisés à grande échelle dans tout le Sénégal.

Date de dernière mise à jour : 14/02/2015