Année internationale des Forêts 2011

 

Les forêts et l’air

  • Plus de 40 % de l’oxygène mondial est produit par les forêts tropicales.
  •  Les forêts contribuent à l’équilibre entre l’oxygène, le dioxyde de carbone et l’humidité dans l’air.

 

Les forêts et l’eau

  •  Un arbre relâche 8 à 10 fois plus d’humidité dans l’atmosphère qu’une surface équivalente de l’océan.
  •  Les forêts protègent la ligne de partage des eaux qui fournit l’eau douce aux rivières.
  •  La perte des forêts affecterait mondialement les modèles pluviométriques, spécialement dans les régions de production alimentaire d’Amérique Latine, du Midwest américain et de l’Asie centrale.
  •  La déforestation entraîne l’érosion des sols et l’envasement des rivières, ce qui réduit l’accès à l’au potable.

 

Les forêt et la biodiversité

  •  Les forêts constituent l’habitat de plus de 80% de la biodiversité terrestre.
  •  Dans le seul bassin amazonien, plus de 1 300 espèces de plantes forestières sont utilisées à des fins thérapeutiques ou culturelles.
  •  12% des forêts mondiales sont destinées à la conservation de la diversité biologique (FRA 20101).
  •  La déforestation de la forêt dense tropicale pourrait entraîner la disparition, au minimum, de  100 espèces par jour.

 

Les forêts renforcent la résistance aux désastres naturels

  •  Près de 330 millions d’hectares de forêts sont utilisés pour la conservation du sol et de l’eau, le contrôle des avalanches, la stabilisation des dunes de sable, le contrôle de la désertification ou la protection des côtes. (FRA 20101)
  •  Les mangroves agissent en tant que barrière contre les tsunamis, les cyclones et les ouragans.
  •  « Mur vert pour le Sahara » -  L’union Européenne et l’Union Africaine sont en train de mettre en œuvre le projet de construction d’un « mur vert » d’arbres tout le long du Sahara afin de repousser la désertification et de sécuriser l’agriculture et la subsistance dans la bande sahélo-saharienne.

 

Les forêts et les terres

  •  Les forêts couvrent 31 % de la surface mondiale des terres.
  •  Les forêts et les zones arborées combattent la dégradation et la désertification des terres en stabilisant les sols, en réduisant l’érosion due à l’eau et au vent et en préservant le cycle nutritif dans les sols.

 

Les forêts ont un rôle clé dans la solution du changement climatique

  •  Le carbone des forêts dépasse la quantité de carbone actuellement dans l’atmosphère. FRA 2010 estime que les forêts mondiales stockent 289 gigatonnes (Gt) de carbone dans leur seule biomasse.
  •  17,4 % des émissions totales de gaz à effet de serre ont résulté de la déforestation et de la dégradation des forêts.
  •  Les forêts offrent le plus rapide, le plus rentable et le plus grand moyen de juguler les émissions totales de gaz à effet de serre. Elles permettraient d’économiser approximativement 3,7 billions de dollars entre 2010 et 2200 si nous réduisions de moitié les émissions de gaz à effet de serre2 ().

 

Forêts saines, populations saines

  •  Les forêts tropicales offrent un vaste panel de plantes médicinales utilisées pour les soins et la santé, pour une valeur estimée à 108  milliards de dollars par an.
  •  Plus d’un quart des médicaments modernes ont pour origine des plantes de la forêt tropicale.
  •  Les forêts limitent les maladies infectieuses. Les forêts tropicales intactes peuvent avoir un effet sur les maladies véhiculées par les insectes et par les animaux :
    •  40 % de la population mondiale vit dans des régions infestées par la malaria. Les zones intensivement déboisées peuvent voir le risque d’infection de la malaria augmenter de 300 % comparées aux zones forestières intactes.
    •  72 % des maladies infectieuses émergentes transmises par les animaux aux humains proviennent de la vie sauvage et non pas des animaux domestiques. Les zones déboisées augmentent les contacts entre la vie sauvage et les humains et affectent les transmissions pathogènes.

  

 Les forêts sont notre subsistance/richesse

  •  1,6 milliards de personnes sur la planète dépendent des forêts pour leur moyen d’existence et leurs besoins de subsistance journaliers.
  •  La valeur ajoutée brute mondiale du secteur forestier est de 468 milliard de dollars US.
  •   Le commerce mondial de produits forestiers de base est de 235 milliards de dollars US .
  •  Le bénéfice de la pollinisation de l’agriculture par les forêts tropicales est estimé à 12 milliards de dollars US par an.
  •  Étant donné que plus d’un milliard d’hectares de surfaces dégradées dans le monde se prêtent à la restauration du paysage forestier, la gestion forestière par les communautés locales pourrait être tissé dans d’autres activités économiques rurales existantes.

 

 Notes :

Global Forest Resources Assessments (FRA)  (évaluations des ressources forestières mondiales)

The Stern Review on the Economics of Climate Change, 2006

Date de dernière mise à jour : 10/11/2014